Mumbai, déesse nourricière de l'Inde

L'ex Bombay a été rebaptisée Mumbai en 1995, pour se défaire de son passé colonial. Un choix judicieux qui fait de cette mégapole la bienveillante déesse mère de l'Inde. Une divinité aux trois visages, ceux du commerce, de l'industrie et de la finance, vêtue du sari Technicolor de Bollywood.

Que reste-t-il de « L'Odeur de l'Inde », à Mumbai, que Pasolini et son humeur vagabonde découvrent dans les quartiers mal famés du port de Bombay en 1963 ? De tous ces gens dont il fait des personnages qui dorment sur le trottoir ? Que reste-t-il d' « Une certaine idée de l'Inde », de Moravia qui fait le même périple ? Le premier est sauvage et beau, le second s'intéresse au fait religieux. 53 ans plus tard, Mumbai n'est plus la même.

Bombay, tout d'abord n'est plus. Sauf pour la Haute Cour et ses Bourses, fortes de 70 % des transactions de capitaux de toute l'économie indienne (Bourse de Bombay et Bourse nationale d'Inde).

La plus grande mégapole indienne, qui comte 19 millions d'âmes, s'est débarrassée dans sa dénomination de toute référence coloniale. « La bonne baie » ou « Bom Bahia », vestige de l'occupation portugaise de 130 ans au XVIIe siècle, que les Britanniques angliciseront en Bombay, disparaît en 1995. La voici plus religieusement Mumbai, contraction de la déesse indoue Mumbadevi et de Aai ou mère en marathi – Moravia a gagné. La bienveillante déesse mère de la ville qui y a son temple (détruit par les Anglais au XVIIIe siècle et reconstruit en 1830), ne possède, curieusement, pas de bouche. La voici muette face aux nouvelles divinités en Technicolor issues des studios de Bollywood, mais aussi du commerce, de l'industrie et de la finance. Muette face aux plus grands bidonvilles d'Asie (Pasolini a gagné aussi) comme à ses multiples gratte-ciel d'habitation qui, comme Babel, défient les cieux.

Le visiteur profitera de la douceur de la saison sèche et sera autant attentif à l'intimité du Mahatma Gandhi, au Musée-maison Gandhi, qu'à la prime jeunesse de Rudyard Kipling, natif de Bombay et symbole du colonialisme britannique. Il en gardera, toute sa vie, une profonde nostalgie.

Vidéo découverte - Notre tour d'horizon de Mumbai et sa région
Vidéo découverte

Notre tour d'horizon de Mumbai et sa région

gastronomie japonaise

Wasabi by Morimoto au Taj Mahal

Diaporama

Notre album photos de Mumbai

gastronomie europeenne

L'Indigo aux multiples feux

cuisine globale

Le panache international on The Table

palace

The Oberoi, joyau de la baie

promenade

Marine Drive, melting pot de béton et de sable épicé

monument

Le Taj Mahal Palace, symbole de force et de résilience

luxe glamour

Le Sofitel Mumbai BKC en rouge et noir

promenade

Le Seigneur des sables à Malabar Hill

bon plan gastronomie indienne

Le Neel - Tote on the Turf s'épice à la modernité

musee maison

Le Musée Gandhi dans le registre de l'intime

excursion

Le culte de Shiva sur l'île d'Eléphanta

Ces destinations
devraient vous tenter